EXTRAITS DU CODE DES COURSES AU TROT - S.E.C.F.

 

ARTICLE 26
Des obligations en matière d'autorisation d'entraîner et des différentes formes d'autorisation d'entraîner

3°) Permis d’entraîner

Un tel permis peut être sollicité par une personne admise à monter en qualité d’amateur depuis deux ans au minimum, ayant participé au minimum à trente courses dans les cinq années qui précèdent la demande.

Le titulaire de ce permis ne peut, pendant la période de validité du permis, entraîner que trois (s'il a obtenu le permis à partir de 2006) ou quatre (s'il a obtenu le permis avant 2006)  chevaux différents au maximum, âgés de 5 ans au minimum, dont deux au plus pris par lui en location, les autres devant lui appartenir ou appartenir à son conjoint en totalité.

Les chevaux ainsi pris en location ne pourront être admis à participer qu’aux courses réservées aux amateurs.

Le titulaire d'un permis d'entraîner obtenu avant le 1er mars 1997 à titre d'éleveur conserve le bénéfice de cette autorisation.

Le titulaire de ce permis, ne peut, pendant sa période de validité, entraîner que cinq chevaux différents au maximum lui appartenant ou appartenant à son conjoint en totalité, âgés de cinq ans et plus, à l'exception des chevaux dont lui ou son conjoint est le seul éleveur.

Tout candidat au permis d’entraîner doit passer un test d’aptitude sous le contrôle du Comité Régional.

En outre, un tel permis peut-être sollicité par une personne ayant été titulaire d’une licence d’entraîneur public au sens du 1°)  ou d’une autorisation d’entraîner au sens du 2°) et ayant fait valoir ses droits à la retraite des régimes obligatoires sous réserve du respect des dispositions des articles L732-39 et L732-40 du Code Rural.

Le titulaire de ce permis ne pourra déclarer à son effectif d’entraînement que deux chevaux au maximum, lui appartenant ou appartenant à son conjoint en totalité.

IV- Conformément aux dispositions l’article 94 § II du présent Code, avant délivrance de l’une des formes d’autorisations d’entraîner, les Commissaires de la S.E.C.F. consultent pour avis les Comités Régionaux ainsi que le Syndicat des Entraîneurs.

 

ARTICLE 32
Définition des personnes autorisées à monter

I - Les Commissaires de la SECF accordent l'autorisation de monter aux personnes :

- qui justifient d'une aptitude physique médicalement certifiée,

- qui satisfont aux critères exposés aux II, III, IV, V.

Si le postulant est agé de plus de 70 ans, un certificat d'aptitude physique doit être délivré par un médecin agréé fugurant sur la liste publiée annuellement au Bulletin de la SECF, selon un cahier des charges établi par la Commission médicale de la SECF, telle que définie à l'article 77 bis du présent Code.

Pour monter dans une course publique régie par le présent Code, le port de la tenue mentionnée au § II de l’article 59 est obligatoire.


II. Toute personne ayant été titulaire d’une autorisation de monter à titre professionnel délivrée par FRANCE-GALOP peut solliciter une autorisation de monter dans les courses au trot :

- en qualité de jockey, si elle a gagné cinquante courses au galop ou plus (plat et obstacles),
- en qualité de lad-jockey (en remplissant les conditions de délivrance de cette autorisation), si elle a gagné moins de cinquante courses.


III. Un cheval peut participer aux courses régies par le présent Code s’il est monté :

1°) par une personne âgée d’au moins 16 ans, munie d’une autorisation de monter en qualité d’amateur délivrée par les Commissaires de la SECF.

2°) par une personne munie d’une autorisation de monter à titre professionnel délivrée par les Commissaires de la SECF qui remplit une des conditions suivantes :

- avoir gagné trois courses soumises au présent Code en qualité d’apprenti ou de lad-jockey,
- avoir gagné 35 courses en tant qu’amateur.

En outre, la personne titulaire de cette autorisation de monter et qui a fait valoir ses droits à la retraite ne peut monter que :

- les chevaux déclarés comme lui appartenant ou appartenant à son conjoint,
- les chevaux du propriétaire l’employant dans le cadre d’une activité réduite légalement compatible avec son statut de retraité, suivant déclaration d’emploi faite annuellement auprès de la SECF.

Par ailleurs, l’autorisation de monter en qualité de jockey peut être accordée à une personne titulaire d’une autorisation d’entraîner*, depuis au moins 1 an, ayant été salariée pendant au moins 4 ans chez une personne titulaire d’une autorisation d’entraîner*, après avis du Comité Régional du Trot et du Syndicat des Entraîneurs.
* au sens de l’article 26 § III, 1°) et 2°).

A titre exceptionnel, l’autorisation de monter en qualité de jockey peut être accordée à une personne titulaire d’une licence de jockey ou d’entraîneur délivrée par FRANCE-GALOP.
Ladite autorisation valable pour une seule des épreuves réservées à cette catégorie, peut être renouvelée.

3°) par une personne admise à monter en qualité d’apprenti ou de lad-jockey et inscrite sur la liste spéciale des apprentis ou des lads-jockeys mentionnée aux articles 37 et 38.

Les personnes titulaires de l’autorisation de monter, à l’exception de celles ayant gagné au moins dix courses au trot attelé, montent des chevaux âgés d’au moins 3 ans.

Seuls sont autorisés à monter dans les courses organisées par l’AFASEC (Association de Formation et d’Aide Sociale des Ecuries de Courses), les élèves titulaires d’une licence Espoir
délivrée selon les conditions fixées par les Commissaires de la SECF.

4°) par une personne relevant du § II.

IV. Les personnes résidant à l’étranger munies d’une autorisation de monter en cours de validité délivrée par les Autorités Hippiques de leur pays d’origine sont admise à monter en France dans les courses régies par le présent Code.

Cette autorisation devra être accompagnée d’une attestation certifiant que son titulaire ne se trouve sous le coup d’aucune sanction lui interdisant de monter en course et permettra de participer uniquement aux épreuves correspondant à la catégorie de licence de l’intéressé.

V. Les étrangers résidant en France peuvent solliciter des Commissaires de la SECF une autorisation de monter dans les courses régies par le présent Code à condition de produire un certificat délivré par les Autorités Hippiques de leur pays d’origine attestant la catégorie d’autorisation de monter dont ils ont bénéficié et permettant d’établir une équivalence avec les conditions imposées par le présent Code. A défaut, ils devront remplir les conditions d’obtention d’une autorisation de monter imposées par le présent Code.

 

ARTICLE 33
Des conditions de délivrance des autorisations de monter

I - L’autorisation de monter n’est valable qu’un an, du 1er janvier au 31 décembre.

II - La demande d'autorisation de monter doit être adressée par écrit à la S.E.C.F. Elle doit être accompagnée d'un bulletin de naissance ou d'une fiche d'état civil, d'un certificat médical antérieur de moins d'un mois à la demande, d'une photographie récente (format identité), d'une somme qui sera fixée chaque année par les Commissaires de la S.E.C.F. en fonction de la catégorie de licence et des pièces complémentaires mentionnées sur le formulaire adéquat.

La somme susvisée comprend, indépendamment des charges d'assurance obligatoire, les frais de constitution du dossier et, pour les amateurs, une participation au financement des courses qui leur sont réservées.

Le versement est retourné à son expéditeur dans le cas où la demande est refusée.

 

ARTICLE 35
Dispositions applicables aux jockeys amateurs

I - Toute personne munie d’une licence d’amateur et qui sera convaincue d’avoir, à quelque époque et sous quelque forme que ce soit, reçu pour sa monte une rétribution ou indemnité en argent, autre que le remboursement de ses frais de déplacement, sera déclarée incapable de monter, à l’avenir, en qualité d’amateur, un cheval.

II - Toutes les dispositions du présent Code relatives aux entraîneurs et aux jockeys et qui ne sont pas contraires à celles réservées aux amateurs, sont applicables à ces derniers.

III - Une personne qui a été titulaire d’une autorisation de monter à titre professionnel (apprenti, lad-jockey, jockey) et qui a changé d’activité, ne peut solliciter une autorisation de monter en qualité d’amateur que :
- après cinq années d’abandon de la licence professionnelle, si elle a gagné moins de cent courses.
- après dix années d’abandon de la licence professionnelle, si elle a gagné au moins cent courses.

 

ARTICLE 39
Disposition particulière applicable aux jockeys-propriétaires

I - Tout jockey ayant dans une course un ou plusieurs chevaux lui appartenant en totalité, concurremment avec un ou plusieurs chevaux lui appartenant en partie seulement, ne pourra monter qu’un cheval lui appartenant en propre (*).

II - Tout jockey ayant dans une course un ou plusieurs chevaux appartenant à lui-même ou à son conjoint, en totalité ou en partie, ne pourra monter un cheval appartenant à un autre propriétaire. (*)

III - Toute personne qui enfreindra les règles édictées par les §§ I et II du présent article sera passible d’une amende de quinze à soixante quinze euros, et pourra être privée de l’autorisation d’engager, d’entraîner, de faire courir et de monter ; en outre, le cheval monté par la personne ayant commis l’infraction sera disqualifié, ainsi que tout autre appartenant en totalité ou en partie à cette personne et ayant pris part à la course.

IV - Toute réclamation en raison des dispositions du présent article doit être faite avant la course ou dans un délai de quinze jours francs à dater du jour de la course. La réclamation ainsi visée qui ne serait pas jugée avant la course ne peut l’être qu’à partir du lendemain de la course.

(*) - Pour l’application des §§ I et II de l’article 39, la propriété partielle d’un cheval s’apprécie uniquement en cas d’association et non pas en cas de location où seul le locataire ou le locataire dirigeant est considéré comme le propriétaire.

 

ARTICLE 39 bis
Dispositions applicables à toutes les personnes titulaires d'une autorisation d'entraîner ou de monter

I - ..

II - Afin de prévenir tout conflit d'intérêts, de protéger l'intégrité des courses et de préserver l'image des professionnels des courses au regard des jeux d'argent, aucune personne titulaire d'une autorisation de monter et/ou d'entraîner ne peut conclure d'accord commercial, verbal ou écrit, avec un opérateur de jeux d'argent ou de paris en ligne, établissant entre eux un quelconque lien financier ou d'une autre nature.

III - Sera privée de l'autorisation d'entraîner ou de monter toute personne convaincue d'avoir enfreint les dispositions des § I et II

 

ARTICLE 59
Opérations de pesage avant la course

I - Obligation de présentation des jockeys

Avant la course et avant l'expiration du délai accordé pour la confirmation des chevaux déclarés partants, chaque jockey doit obligatoirement se présenter en tenue de course devant les Commissaires des courses ou leurt délégué à l'endroit désigné à cet effet, qu'il s'agisse d'une course au trot monté ou d"'une course au trot attelé.

Les jockeys peuvent être dispensés par les Commissaires de se présenter avant chaque épreuve, dans la mesure où un contrôle relatif à la conformité du programme est instauré sous l'autorité de ceux-ci avant l'entrée en piste. Les jockeys doivent alors obligatoirement se présenter devant les Commissaires des courses ou leur délégué avant la première course à laquelle ils prennent part.

 

II - Contrôle de la tenue de course

La tenue de course comporte : casque, toque, gilet de protection (d'un modèle conforme soit à la norme européenne EN 13158 soit à la norme CE 1621-2 s'il est muni d'une protection spécifique de la cage thoracique), casaque à manches longues, col blanc, culotte blanche,et bottes de jockeys (pour les courses au trot monté) ou bottillons noirs.

Selon les conditions atmosphériques, la casaque et la culotte en matière synthétique sont admises.

Tout jockey qui ne sera pas rigoureusement en tenue de course sera passible d’une amende et les Commissaires pourront même lui interdire de prendre part à la course.

 

ARTICLE 62
Obligation du jockey après la course

I - Après la course, les jockeys notés par le juge à l’arrivée aux cinq premières places dans les courses au trot attelé et aux sept premières places au trot monté, doivent rester à cheval ou sur leur sulkys et venir de nouveau se présenter devant les Commissaires des courses ou leur délégué à l’endroit indiqué à cet effet, qu’ils aient ou non à se faire peser.

 

ARTICLE 70
Changement de ligne

I - Un jockey ne peut changer sa ligne pendant le parcours que dans la mesure où, disposant d’un espace suffisant pour effectuer cette manœuvre, il n’occasionne aucune gêne à l’un quelconque de ses concurrents.

II - Si un cheval, en changeant de ligne pendant le parcours en gène un autre ou encore s’il le pousse ou le bouscule, les Commissaires des courses peuvent le disqualifier, à moins que la collision n’ait été causée par un troisième cheval ou que le cheval qui en a souffert ne fût lui-même en cause.

VI - Si un jockey, par sa faute, en changeant de ligne pendant le parcours gêne un de ses concurrents, ou encore s’il le pousse ou le bouscule, les Commissaires des courses doivent lui infliger une pénalité suivant les circonstances.

 

ARTICLE 72
Allures et disqualifications

I - Les chevaux doivent accomplir leur parcour au trot régulier. Tout cheval qui prendra toute autre allure devra être immédiatement remis au trot régulier, sans gêner les autres concurrents.

Tout jockey qui n'aura pas manifestement essayé de remettre son cheval au trot régulier, lorsque les circonstances le permettent, ou qui ne se sera pas retiré de la course après la disqualification de son cheval, sera passible d'une amende de quinze à soixante quinze euros. Le retrait de la licence pourra même être prononcé.

II - Est disqualifié, même si son classement à l'arrivée ne lui donne droit à aucune allocation :

a) tout cheval qui prend ou conserve, au galop ou à l'amble, un avantage déterminant sur ses concurrents;

b) tout cheval qui effectue, quel que soit le nombre de fautes, 15 foulées dans l'une de ces allures avec une rigueur accrue et progressive en fin de parcours;

c) tout cheval qui effectue une foulée au galop ou à l'amble dans la dernière partie du parcours matérialisée par un panneau signalétique rouge et blanc, ou qui atteint ainsi le poteau d'arrivée.

Le panneau signalétique rouge et blanc est implanté, en fonction de la configuration de la piste, à une distance variant entre 100 mètres au minimum et 200 mètres au maximum du poteaéu d'arrivée.

III - Peut être disqualifié, même si son classement à l'arrivée ne lui donne droit à aucune allocation :

a) tout cheval qui prend ou conserve un avantage déterminant sur ses concurrents dans une allure autre que celle du trot régulier (traquenard ou aubin);

b) tout cheval qui effectue plus de 5 foulées dans l'une de ces allures (traquenard ou aubin) dans la dernière partie du parcours matérialisée par le panneau signalétique rouge et blanc ci-dessus mentionné.

IV - Toute décision entraînant la disqualification d'un cheval en raison des dispositions du présent article doit être prise soit immédiatement pendant le parcours, soit avant le signal indiquant la fin du pesage qui suit la course ; elle est sans appel.

 

ARTICLE 73
Controle des matériels et conditions de leur utilisation

Cravache

II - Les jockeys doivent s’abstenir, dans l’emploi de la cravache, de tout geste susceptible de gêner leurs concurrents. En outre dans les courses au trot attelé, ils doivent tenir les guides de leurs deux mains et n’utiliser la cravache que dans l’axe du cheval, sans mouvement en arrière ou latéral. Dans les courses au trot monté, les jockeys doivent tenir leur cravache orientée vers le bas et en faire un usage modéré et limité pour soutenir l’effort de leur cheval.

Tout usage considéré comme abusif de la cravache entraîne l’une des sanctions prévues au VI du présent article.

Les Commissaires doivent apprécier la nature des coups portés et faire la difféence entre une action brutale qui doit être pénalisée, quel que soit le nombe de coups portés, et une utilisation normale et habituelle envers le cheval qui peut être admise.

III - Dans les courses au trot attelé, la cravache de couleur sombre et d’une longueur maximum de 1m30, doit être tenue verticalement ou posée sur l’épaule.

 

ARTICLE 74
Comportement général du jockey

Pendant les opérations de pesage avant et après la course et durant le déroulement de celle-ci, les jockeys doivent avoir en permanence un comportement correct. Tout jockey qui se comportera de manière incorrecte sera passible d’une des sanctions prévues par l’article 34 §IV.

 

ARTICLE 76
Obligations et interdictions relatives à la régularité des courses

Il est interdit de faire courir un cheval hors d’état de défendre sa chance.

Il est interdit de faire partir un ou plusieurs chevaux dans une course sans avoir l’intention de la gagner.

Il est également interdit de ne pas défendre les places retenues pour le classement à l’arrivée.

Toute communication entre les jockeys pendant une course est interdite, sauf en cas de danger immédiat.

La course est individuelle et chaque concurrent doit défendre personnellement ses propres chances.

Tout cheval ayant été l’instrument de manœuvres visées aux alinéas précédents, ou tout cheval dont les performances sont manifestement contradictoires, pourra être exclu des courses soumises au présent règlement, pour une durée déterminée (art 92, § 1 et art 96)

 

ARTICLE 85
De la réclamation des chevaux après la course

I - Lorsque les conditions d'une course portent que "le gagnant" ou que "tous les chevaux", ou que "certains chevaux" seront à vendre pour un prix déterminé, toute personne qui désire acheter, après la course, un ou plusieurs de ces chevaux doit, dans le délai de dix minutes après le signal indiquant la fin du pesage qui suit la course, remettre aux Commissaires des courses ou à la personne chargée du pesage une soumission écrite contenant l'offre d'une somme qui ne peut être inférieure à celle pour laquelle le cheval à été mis à vendre.

II - Pour tout cheval mis à réclamer et ayant pris part à la course, l'acheteur doit payer la somme inscrite sur la soumission qu'il a déposée.

III - Les dix minutes expirées, les lettres sont ouvertes, et tout cheval ayant couru et ayant été mis à réclamer appartient à la personne qui a fait l'offre la plus élevée.

Si un même déclarant a fait des offres à des prix différents, seule son offre la plus élevée est prise en considération.
Aucune offre déposée dans la boite préparée à cet effet ne pourra être annulée par le déposant.

IV - S'il y a plusieurs offres de même valeur, les Commissaires des courses ou leur délégué procèdent à un tirage au sort qui décide de la préférence.

V - Si l'offre la plus élevée est faite par le propriétaire d'un cheval mis à réclamer ou s'il n'y a pas d'autre offre que celle du propriétaire, le cheval concerné est considéré comme réclamé par son propriétaire et ce dernier est redevable, comme prévu au § VII, de la totalité de l'excédent de réclamation.

VII - Le propriétaire a droit à la somme pour laquelle il a mis son cheval à vendre et à 50 % de l'excédent de réclamation, les autres 50 % revenant au fonds de courses de la société organisatrice, excepté s'il rachète lui-même son cheval, l'excédent revenant alors intégralement au dit fonds de courses.

En cas d'association déclarée sur la propriété d'un cheval ou de location de sa carrière de course, la répartition de la somme de réclamation et de la moitié de l'excédent de réclamation est faite conformément aux pourcentages de parts de propriété figurant sur la carte d'immatriculation du dit cheval.

 

ARTICLE 86
De la présence des chevaux mis à réclamer

I - Les chevaux ayant couru à vendre au plus offrant et présentés, conformément aux dispositions du papragraphe I de l'article 62 du présent Code, doivent rester dévêtus et débottinnés, après la course, dans l'enceinte du pesage au moins cinq minutes.

 

ARTICLE 91
Mesure de l'alcoolémie sur les personnes montant dans une course publique

Conformément aux dispostions du §VI du Code des Courses au Trot, les Commissaires peuvent faire procéder à l'examen, notamment par l'éthylotest, de toute personne désignée pour monter en course.

Le taux maximum autorisé de la concentration alcoolique deans le sang est de 0,5 g/litre de sang.