JANVIER 2017

 

A la suite d'un tassement, d'une faute d'allures, d'un ralentissement, d'un changement de ligne.....: sanction du jockey :

INCIDENTS - GÈNE D'UN CONCURRENT
ACTION NON INTENTIONNELLE
ACTION INTENTIONNELLE
ACTION NON DANGEREUSE Avertissement (1ère infraction)
Récidive : mise à pied 2 jours
 
ACTION DANGEREUSE
SANS CHUTE
Mise à pied : 2 à 4 jours
Récidive : 4 à 8 jours
2e récidive : 8 jours à 1 mois
Mise à pied : 4 à 8 jours
Récidive : 8 à 15 j minimum
ACTION DANGEREUSE
AVEC CHUTE
Mise à pied : 8 jours
1ère récidive : 15 jours à 1 mois
1 mois minimum

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La récidive s'apprécie sur une période de 90 jours.

Les sanctions sont doublées pour les lads-jockeys et amateurs.


INCORRECTION
Progressivité de la sanction selon le comportement, la gravité des faits, leur fréquence, etc…
Avertissement/mise à pied.


VOIES DE FAIT
Un mois de mise à pied à l’encontre de l’agresseur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CRAVACHE
1ère fois
2e fois
3e fois
Emploi abusif (au delà de 7 coups dans les 200 derniers mètres)
ou
non réglementaire
45 €
80 €
150 €
Emploi abusif et non réglementaire
80 €
150 €
Mise à pied
Faute grave ou
récidive après sanction
Mise à pied
   

 

 

L'autorisation de monter est retirée pour une durée d'au moins 4 jours à tout jockey qui frappe sur les flasques d'un sulky avec sa cravache pendant le parcours.

La période de référence pour l'appréciation de la récidive est de 60 jours pour les sanctions relatives à l'utilisation de la cravache.

 

 

 

INTERDICTION DE MONTER (Art.34) 

Sur les hippodromes de la SECF : En cas de retrait de l'autorisation de monter, la pénalité exprimée en nombre de jours par les Commisaires des courses s'applique:

- quatre jours francs après la date de cette décision sur les hippodromes soumis à leur autorité, lorsque aucune demande d'extension n'a été formulée auprès des Commissaires de la SECF;

 

- treize jours francs après la date de cette décision lorsque l'extension de la sanction a été décidée par les Commissaires de la SECF.

 

 

CHEVAUX DÉFÉRRÉS

Dans toutes les courses, l'entraîneur doit se conformer à son intention exprimée sur la déclaration de partant, sans possibilité de modification, sauf cas de force majeure, reconnu par les Commissaires, pour l'ensemble des concurrents de la course ou de la réunion. En cas d'infraction, le cheval est disqualifié et une amende de 500 € est infligée à l'entraîneur.